Nicholas DiMarzio : l’enquêteur du Vatican enquêté par la justice !

Nicholas DiMarzio : l’enquêteur du Vatican enquêté par la justice !

« J’ai trouvé Dieu dans les flaques d’eau, dans le parfum du chèvrefeuille, dans la pureté de certains livres et même chez des athées. Je ne l’ai presque jamais trouvé chez ceux dont le métier est d’en parler. »

Christian BOBIN

Nicholas DiMarzio, évêque à la tête du diocèse de Brooklyn, a été désigné en octobre 2019 par le pape François pour investiguer sur des agressions sexuelles dans le diocèse de Buffalo, dans l’État de New York. Dans ce diocèse, l’évêque Richard Malone est, en effet, soupçonné d’avoir longtemps ignoré plusieurs accusations d’agressions sexuelles émises par des fidèles. Ainsi, depuis 2018, plus de 150 prêtres et autres membres du clergé y ont été mis en cause.

Cette enquête, qui démarre enfin, est évidemment une excellente chose, dont il faut se réjouir. L’Église prend désormais conscience des abus sexuels et entend faire le ménage. « Tolérance zéro » bien ordonnée ne commence-t-elle pas par soi-même ? Mais, parce qu’il y a souvent un bémol avec la Sainte Église, voilà qu’un grain de sable se glisse déjà dans la belle mécanique. Un grain de sable, ou plutôt une nouvelle bombe : l’évêque est lui-même accusé d’abus sexuels !

Un homme de 56 ans, Mark Matzer, vient en effet de porter plainte contre DiMarzio, l’accusant d’avoir abusé de lui lorsqu’il avait 11 ans et était enfant de chœur dans une église du New Jersey. L’enquête pourrait inclure un interrogatoire du pape François concernant la nomination de cet évêque comme enquêteur. 

Voilà donc notre arroseur arrosé, notre enquêteur enquêté. N’y voyez pas un mauvais jeu de mots. Mais, c’est quand même gros comme la basilique Saint Pierre. Digne d’un Monty Phyton, si le sujet n’était pas aussi tragique. Et pourtant, cela n’a rien d’un poisson d’avril. Plutôt, la sortie d’un nouveau polar, avec ses intrigues à la Hitchcock. Qui aurait cru, voici quelques années encore, que les écuries d’Augias se trouvaient aux portes du Vatican ? Des casseroles, l’Église nous en sert, décidément, à toutes les sauces !

Voilà donc un pape une nouvelle fois embarrassé par ses propres clercs. Un pape qui, cette fois encore, n’aura rien vu venir, et un abuseur qui, lui non plus, n’a vu aucun problème à assurer sa mission céleste, en toute probité et chasteté. Il est vrai que les abus, il en fait son affaire. Mais quand même, ça devait forcément se savoir un jour, non… ? Dans le climat de suspicion légitime que l’on connaît, Sodoma n’a pas fini de nous surprendre !

Cet évêque DiMarzio m’a, d’ailleurs, fait immédiatement songer à Anatrella, cet autre Mgr, pourfendeur des homos et redresseur de torts, lui-même porté sur la chose pourtant pas très catholique. Des actes commis sur des séminaristes et des prêtres qui se posaient des questions sur leur sexualité… Des patients, soit dit en passant, venus auprès de lui pour trouver réconfort et guérison. Entendez, plus précisément : pour être délivrés de leurs mauvais penchants homosexuels. Un Mgr qui, in fine, aura exercé une véritable emprise thérapeutique, avec des massages allant jusqu’à l’orgasme…

C’est une réalité devenue tristement célèbre : l’Église catholique fait l’objet d’un nombre impressionnant de procès aux États-Unis, avec un total de 3 milliards de dollars de dommages-intérêts à verser aux victimes. Raison pour laquelle la hiérarchie catholique fait actuellement du lobbying afin de réduire les délais de prescription dans les cas d’abus sexuels. Non, franchement, mais à un tel degré de perversité, c’est du délire, de l’inconcevable, du pitoyable au possible. Et, encore une fois (avec « s »), insoutenable pour les victimes. C’est à se demander si, dans l’Église, il est encore possible de trouver un prélat intègre, un véritable expert en… humanité, capable d’enquêter, avec impartialité, sans être juge ni… partie prenante.

À côté d’eux, les athées capables d’aimer leur prochain font figure de « Saints » ! Si pas sur les autels, au moins dans leur quotidien. Et s’il m’arrive souvent d’avoir  ce côté impertinent, un rien sarcastique, croyez-moi, c’est qu’il cache une terrible déception, face à tant de vies brisées. Parce qu’il s’agit de l’enfance abusée, et que cela ne me fait pas rire. D’autant moins rire, que nous étions censés accorder foi à ces hommes d’Église…

Nous voilà donc avec tous ces évêques qui, les uns après les autres, se tirent une balle dans le pied ! J’ai honte pour eux, pour ce qu’ils sont censés représenter. Rien moins que le Christ sur terre ! Comment voulez-vous, après tous ces effroyables scandales planétaires, prétendre encore donner la moindre leçon de morale au reste de l’humanité ? Il est, décidément, bien loin le temps où tous les chemins menaient à Rome…

Pascal HUBERT

COUPABLE !

N’hésitez pas à laisser un commentaire sur mon blog, un avis, une réflexion ou une suggestion…

ou à m’écrire à deviens.ce.que.tu.es333@gmail.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s