Homélie de Mgr Emmanuel Gobilliard

 

 

HOMÉLIE DE MGR EMMANUEL GOBILLIARD

 

« Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges. »

Friedrich Nietzsche

 

Ne tirez pas sur l’ambulance, quand le corbillard passe. J’ai une bonne nouvelle à vous annoncer, rien moins que l’homélie d’un certain Gobilliard, Évêque auxiliaire de Lyon. Non, non, un Mgr bien comme il faut, un pas comme les autres, qui a un truc très sérieux à vous dire. Ne ricanez pas, gobez plutôt !

 

Voilà qu’il nous raconte l’Évangile, à sa sauce qui résout tout. Réinterprète les temps, et surtout les contretemps, si désastreux pour l’Église. Qu’à cela ne tienne, dans le grand Livre, tout se tient, tout s’explique. Tout serait même voulu par Dieu. Incroyable de rationalité, vrai pour la foi qui sait traverser les tempêtes. Une montagne de vérités, pour qui sait ne pas douter. Bref, un conte de fées, terrifiant, où le grand méchant loup finit terrassé ! Alléluia !

À n’en pas douter, moi, ça m’a rendu incrédule. Une foi encore, autant d’inepties dans une seule homélie. Et des années d’études, pour raconter autant d’absurdités. Le plus sérieusement du monde, puisque certains fidèles n’ont toujours pas capté la supercherie, pas même le degré d’infantilisation. N’est pas Mgr qui veut, on n’enterre pas si facilement l’imposteur. Pas après vingt-et-un siècles de bondieuseries, de soumission, de prêches et de condamnations en tout genre.

C’est que les beaux discours ne datent pas d’hier, ont été inculqués, sont tombés dans l’inconscient. L’air de rien, il font partie de l’air du temps. D’un certain christianisme, pétri de certitudes. Tout semble foutu, mais c’est sans compter sur un charabia typiquement religieux. Le Mgr te récupère les textes, te fait comprendre que les dérives de l’Église sont aussi voulues par Dieu. Histoire de la purifier, elle et ses pauvres pécheurs. Et, une fois de plus, les victimes sont comptées pour rien, font partie du plan du Père.

Dans le grand livre de l’Histoire religieuse, non, rien n’est jamais perdu. Ou alors, pas longtemps…

Gobilliard nous parle avec la tête, nous entortille les méninges, rend confus ce qui devrait être simple. Bref, il prend les croyants pour des imbéciles. Au nom de la foi, d’un discours éculé. Maintes fois repris en boucle, toujours déconnecté de la réalité. Du vécu des gens, il n’en a décidément cure. Seulement du Livre, qui aura permis de justifier toutes les dérives.

Ces prélats sont extraordinaires. Ils parlent tous seuls, se tirent une balle dans le pied. Ne se rendent même pas compte qu’ils coulent l’église à eux tous seuls. Celle-là même qu’ils prétendent pourtant servir. Parce qu’ils n’y sont pour rien, vous comprenez. Parce que c’est le Seigneur qui dirige tout, est le maître de l’Histoire. Mais, c’est bien sûr, pardi. Depuis la nuit des temps, c’est visible à l’œil nu. Quel manque de foi, que d’en douter. De ne plus croire ces prélats, ce serait bien sûr renier son baptême. Oh, chers clercs, réveillez-vous ! Vous croyez vraiment ce que vous dites, ou vous continuez à vouloir enfumer les fidèles de vos fumisteries ?

À un moment, les prêches qui défient la raison, ça tourne à la déraison, voire à la maladie mentale. Vous voulez absolument tirer des textes sacrés tout et n’importe quoi ? Allons-y ! Moi, je vois des sépulcres blanchis, qui disent, mais ne font pas. Se prennent pour Dieu, et font peser d’incroyables fardeaux sur les frêles épaules d’hommes et de femmes qui peinent déjà assez sans vous. Vos propres textes vous trahissent aussi bien que vos actes. Au fond, vous ne croyez pas un mot de ce que vous rabâchez. Inlassablement au fil des siècles, tels des perroquets vous répétez les pères de l’Église. Chez vous, c’est la fonction qui fait le saint homme, pas la vertu, l’expérience, l’exemple. Non, la vie de tout un chacun, simplement humaine, simplement complexe, ce n’est pas pour vous. Vous, vous prêchez!

« Souvenez-vous toujours que le mystère de la Croix, c’est le mystère de la plus grande inefficacité », nous dit ainsi ce cher Gobilliard. Ou comment, au nom de Dieu, excuser sa plus grande nullité, me dis-je, et nous faire avaler l’incroyable Vérité. Nous voilà bien en plein surréalisme, dans la manipulation la plus totale des âmes crédules. Le naufrage se profile, mais gardons le cap sur le Roc !

Venons-en au sommet de votre homélie : le diocèse de Lyon. Certes, jeté dans la fosse avec l’affaire Barbarin, mais capable de renaître de ses cendres. Après le Vendredi saint, et le Samedi saint, ne voilà-t-il pas qu’il se passe des choses étranges depuis quelques jours ? Des séminaristes frappent à la porte, sans compter la pluie de confirmations, de baptêmes, d’ordinations de diacres, et tous ces laïcs qui demandent à servir l’Église bénévolement ! Autant de signes de Dieu, sur le terreau fécond des victimes du clergé ! Applaudissements… Le mystère de la Croix est à l’œuvre ! Malgré les horreurs commises et les péchés abominables, apprenons à regarder avec les yeux de Dieu ! Le Seigneur est le maître des temps et de l’Histoire ! Voilà la trahison de Pierre transformée en mystère de Salut ! Rien moins, pour qui a la foi ! Voilà la novlangue de l’Église, qui n’a toujours pas mesuré la profondeur abyssale de ses dérives ! Qui s’avère toujours incapable de nommer la réalité pour ce qu’elle est !

Dans le grand livre de l’Histoire religieuse, décidément, rien n’est jamais perdu. Ou alors, pas longtemps…

Ainsi l’Église vivrait, désormais, une purification bienfaisante. Dont il faudrait remercier le Seigneur ! Parce qu’il convertit les cœurs ! Mais, lesquels bon sang ? Ceux des victimes ou les vôtres ? Non, vous n’êtes pas sérieux ? Vous souffrez de dissonance cognitive, d’une idéologie religieuse qui vous a consumé le cerveau ! Le Seigneur n’est pour rien dans vos délires, vous êtes bien seuls responsables de tant de souffrances !

Et, au nom de votre Dieu, vous continuez à manipuler les masses. À transformer la réalité, et à maquiller vos crimes. Mais, « ne vous inquiétez pas, ce n’est pas vous qui parlerez, mais c’est l’esprit de votre Père qui parlera ». « Vous ne comprenez pas ce qui se passe », dites-vous… « Seul l’Esprit le peut, et c’est l’occasion pour le Seigneur de manifester sa Miséricorde ! »

Moi, je prêcherais pareil au boulot, on me prendrait pour un doux dingue. Profondément dérangé, juste bon pour l’asile. Au moins celui de l’ignorance, dont nous parlait déjà si bien Spinoza. Mais voilà qu’un prélat passe par là et sa parole devient « parole d’évangile ». L’art de transformer l’eau en vin ! les pierres en pain ! notre crédulité en Sacrements divins !

Pour ma part, je crois qu’au fil des siècles, l’Église aura surtout manifesté sa profonde et constante incurie. Et qu’il n’est d’autre « mystère de la foi » qu’un écran de fumée en carton-pâte ! Fumée que vous vous évertuez encore à nous faire gober ! Jusqu’à l’asphyxie !

Emmanuel, reviens parmi nous !

Pascal HUBERT

 

 

 

La vidéo de l’homélie… retirée. Les paroles s’envolent et ne s’assument pas… ! 

YOUTUBE.COM (de 17’51 à 26’57 )
Homélie de Mgr Emmanuel Gobillard le 12 Juillet 2019. Lors du pèlerinage de la communauté des Béatitudes au sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes.

 

Mais rien ne doit demeurer caché, n’est-ce pas 😉  ?

(Merci au généreux donateur !)

 

 

 

N’hésitez pas à laisser sur mon blog un commentaire, un avis, une réflexion ou une suggestion…

ou à m’écrire à deviens.ce.que.tu.es333@gmail.com

Advertisements

5 thoughts on “Homélie de Mgr Emmanuel Gobilliard

  1. Coucou Pascal

    Comprends bien que Gobilliard est le poulain de Barbarin. Il doit donc tenir son rang sur la même ligne idéologique que son parrain. Sinon, il serait mis hors jeu au plan clérical et perdrait son bel appart, ses droits, ses avantages et serait propulsé dans une obscure paroisse de campagne, loin des effets de manche, du luxe et de la douceur de vivre cléricale et bourgeoise lyonnaise.
    Et regarde bien qui retransmet la dite homélie: les Béatitudes, à savoir une des communautés dérivantes sectaires et criminelles du Renouveau Charismatique. Ca devrait déjà t’éclairer sur l’imagerie, l’ambiance qui prévaut et du discours forcément volontairement abêtissant (c’est le fond de commerce du Renouveau depuis ses débuts, sous couvert de mystique spirituelle branchée direct Esprit Saint).
    Une fois que tu sais ça, tu comprends pour quel public ce type d’homélie est prononcée.
    Et pourquoi.

    Derrière tu as tout le vocabulaire pentecôtiste et sectaire de l’ICCRS et associés.
    Gobilliard se la rejoue télévangéliste. Il galvanise les troupes fanatiques du Renouveau, mais aussi à l’arrière plan, celles de tous les groupes dérivants sectaires en France.
    Ca te rappelle pas un certain Daniel-Ange en Belgique?

    Voilà, c’était juste un petit message pour que tu ne t’étonnes plus de ce type de discours ni pourquoi il est prononcé, dans quel but.

    Autrefois, dans les années 80 notamment, il n’était pas possible encore de comprendre le dessous des cartes. Aujourd’hui, après toutes les dérives, crimes dénoncés et punis et perpétrés, c’est un peu plus facile. Et même des croyants sincères et fervents commencent à saisir la novlangue et les méandres criminels et abusifs de leur clergé. Et ne s’y laissent plus prendre.

    Ce qui m’amuse, c’est cette prétention à se penser Dieu à la place de Dieu. La Bible (ancien Testament) n’a été écrite que par des hommes et possiblement pour l’Ancien Testament par un seul, Siméon le Juste, pour contrer et supplanter la culture grecque. Pas par Dieu. Et les clergés ne sont pas Dieu non plus.
    Donc prétendre parler à sa place, c’est l’instrumentaliser et bloquer toute chance aux croyants d’entendre véritablement ce que Dieu a à leur transmettre.
    Des clercs comme Gobilliard font davantage obstruction à la connexion divine que transmission. C’est moche à dire, mais c’est la réalité que nous voyons depuis un bon moment et celle qui a toujours prévalu en réalité depuis la création cléricale. Catho ou pas d’ailleurs.
    Se penser Dieu à la place de Dieu manifeste un ego surdimensionné incroyable.
    Dieu fait ce qu’Il veut et comme Il veut et quand Il veut. Il n’a pas un prêt-à-penser, à mâcher avec des relais commerciaux façon demis dieux pour faire passer ses messages. Il va auprès de chacun et n’a besoin d’aucun intermédiaire pour travailler les âmes et les coeurs. Et surtout, surtout, sa marque de fabrique c’est le libre-arbitre et l’Amour Inconditionnel. Deux notions qui échappent au clergé confit dans une espèce de fantasme de toute-puissance, de volonté de contrôle et de domination des autres dont il n’est jamais sorti.
    Nous sommes tous des serviteurs et servantes inutiles.
    Nous sommes tous et toutes aussi novices et désarmés et balbutiants face à cet Amour Infini. Personne ne possède le mode d’emploi, qui de toute façon est différent et adapté au parcours individuel de chacun. Et c’est très bien comme ça.
    Nous avançons à tout petits pas, en essayant de faire de notre mieux.
    Et nous confions nos petits pas à Dieu pour qu’Il nous aide à en faire un peu plus et en alignement d’avec notre âme, notre coeur et dans l’esprit de cet Amour Infini qu’Il nous offre chaque jour.

    C’est déjà pas évident. Et plein d’aléas, d’impedimentas, de surprises, de souffrances, de joies, d’illusions, de découvertes bonnes ou mauvaises, sans qu’un clergé vienne encore charger les valises.

    Donc déjà, que le clergé nettoie ses écuries avant de prétendre guider les autres.
    Et comme disait le curé de Cucugnan d’Alphonse Daudet, faut faire la grande lessive, parce que ça urge.

    Tiens, pour te changer l’humeur et du gobeur de mouches du coche, je t’envoie un lien sur un chercheur du CNRS que j’ai découvert tout récemment et dont la démarche scientifique m’intéresse et rejoint d’autres démarches spirituelles et scientifiques. Ce que je disais à Michel Théron récemment sur le rapprochement entre foi et sciences, me paraît de plus en plus réel, fondé et ce que dit ce monsieur me paraît en tout cas pour le moment, du peu que j’ai écouté, vraiment très intéressant. Mais sur un niveau qui n’est pas celui des clergés ni des groupes dérivants sectaires.

    https://guillemant.net/index.php?cate=accueil&page=Bio_guillemant.htm

    Tu vois à quel point on est à des années lumières des délires de Gobilliard ;-))

    Je te souhaite en bonne forme et heureux.
    Très bel été. Je pars dimanche en vacances pour trois semaines.
    Décompresser va me faire du bien après une année scolaire très intense et beaucoup d’émotion.

    Bises amicales
    Françoise

    J'aime

  2. Oh, je comprends bien. Mais, devant l’inimaginable, subsiste toujours une sorte d’effet de sidération. Comment est-ce possible ? Ces belles apparences, cet attrape-nigaud, et la réalité, plus triviale. Mensongère. Qui vole la vie de tant de gens. Tous ces gens de « bonne foi », pris au piège des beaux discours. Au nom de dieu. Un tel conditionnement, une telle difficulté d’en sortir. Quel long chemin il aura fallu, il faudra encore…

    J'aime

    1. Je pense personnellement qu’il y a un vide éducatif qui laisse un boulevard aux clergés divers et variés pour embrigader, terroriser, fasciner, culpabiliser des tas de gens qui pensent qu’ils sont incapables de faire face à leur intériorité sans une institution qui leur donnerait le mode d’emploi et à qui ils font une confiance aveugle.
      C’est le plus gros problème actuellement. Il n’existe pas, même dans l’enseignement du fait religieux, de dimension éducative pour dire que aucun clergé d’aucune religion n’est en capacité de guider spirituellement mais est aussi démuni, aussi ignorant, aussi en difficulté que les croyants et que progresser spirituellement n’est pas dans l’ordonnance de rites, de pratique communautaire, de grands discours, mais appartient dans le silence de la prière, du coeur à coeur à Dieu à chacun et que chacun est différent et doit apprendre déjà à s’aimer soi, à devenir autonome psycho affectivement pour pouvoir ensuite progresser spirituellement. Que ça passe par un travail personnel solitaire, chacun à son rythme.
      Et que le lien à Dieu seul ou à sa conscience, sa petite voix intérieure suffit.
      Que personne ne sait mieux que la personne elle-même ce qu’elle doit faire, accomplir pour avancer.
      Et elle le fera seulement au moment où elle s’autorisera à le faire, que son âme sera prête à l’accepter, et à avancer.
      Elle peut rester dans le déni, la peur, sous le joug de tas d’aliénations différentes tant qu’elle n’arrive pas à reconstituer une sécurité intérieure suffisante pour s’autoriser à changer d’angle de vue et à progresser.

      Ca commence à être dit dans les démarches de développement personnel, mais ça reste encore timide. Et ce n’est surtout pas dit par les clergés des différentes religions.
      Parce qu’ils se vivent uniquement dans un principe de domination d’une population qui leur serait soumise entièrement et qui leur donnerait tous les moyens politiques, financiers, statutaires pour perpétuer cette domination y compris psychologique, mentale, intellectuelle, spirituelle.

      Pour autant, je pense que nous sommes vraiment à une période charnière de changement profond sociétal. Et que le type de discours de Gobilliard et autres clercs, n’a plus d’écho qu’auprès de fondamentalistes et dérivants sectaires. Le gros de la population est passé à autre chose, à une spiritualité dissociée de l’empreinte cléricale, au moins dans la partie occidentale du monde. Et ce n’est pas seulement sur ce domaine spirituel que ça change. Si tu observes bien, la prise d’autonomie des gens se fait dans différents domaines. Les gens veulent sortir d’une dépendance, de soumission. Ils veulent être leur propre maître. Et ils ont compris que ce n’est qu’ainsi qu’ils pourront non seulement aller bien mais progresser aussi à tous les niveaux. Que personne ne sait mieux qu’eux ce qu’ils doivent ou pas faire. Et déjà, je trouve que c’est un pas immense. Qui aura pris un bon siècle mais c’est logique tant il a fallu du temps en terme d’éducation scolaire, d’accès à l’information pour que tout ça se mette en place et touche tout le monde. Nous sommes en train de franchir une autre étape parce qu’internet permet un accès informatif rapide. Donc les connexions neuronales se font plus vite aussi pour comprendre les situations exposées dans ces informations et au-delà. Ca fait monter le niveau de conscience dans la population. Et c’est irréversible. Les clergés en ont bien conscience je pense. Alors que leur reste-t-il d’autre que des vociférations un peu comme des chauffeurs de salle autour d’un public acquis d’avance? Plus rien, en réalité. Ce qui se passe leur échappe complètement.

      Je comprends ta sidération et je la partage d’une certaine façon. Mais en même temps, j’ai compris que le temps que les gens réalisent, prennent conscience, prend énormément de temps, d’énergie et qu’il faut une conjonction d’évènements, de découvertes, de niveau d’éducation et d’information à un moment donné pour qu’enfin, on sorte de toutes ces dépendances. Nous sommes dans cet instant de prise de conscience progressive générale. Ca va sans doute pas assez vite mais c’est un moment juste parce que la prise de conscience est réelle et forte. Y compris chez les croyants. Alors en avant, Pascal. Et ne nous arrêtons pas aux jérémiades cléricales. Ceux qui veulent savoir et osent affronter les dérives, les crimes de leur institution le feront, traiteront la problématique et pourront activer au même titre que les croyants, une évolution spirituelle qui mettra clergé et croyants au même niveau. Ceux qui voudront conserver à tous prix l’ancien système de domination, s’écrouleront avec.
      Gobilliard & Cie sont dans une fausse spiritualité, construite sur l’idée d’une domination matérielle, psy, économique, politique et spirituelle sur l’ensemble des populations. Sur l’idée d’une caste qui domine les autres, réduits à l’état de faire-valoir, de domestiques.
      Or, ce n’est pas ainsi qu’on peut progresser. Ce n’est pas en réduisant l’autre à néant qu’on s’élève ni qu’on élève la spiritualité générale. C’est un contresens.

      Ce qui me rassure est qu’on sort peu à peu de tout ça. Ce qui prouve bien qu’il y a une voie alternative.

      J'aime

  3. En fait, tu vois la baisse de pratique communautaire partout sur le continent européen et ça commence aussi sur le continent américain et sud-américain.
    L’Afrique et l’Asie ont plus de retard car la religion est encore vue comme un antidote à la misère et à l’écrasement social…mais même sur ces continents, l’affaire des religieuses violées et d’enfants abusés, ça commence à faire désordre. L’Océanie n’en parlons pas depuis l’affaire Pell…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s