Merci !

Merci !

 

Merci à celles et ceux qui me font confiance ! Merci à celles et ceux qui viennent échanger ! Merci à ces inconnus qui me touchent ! Par un mot, un « Merci », un « Continuez », un « Vos mots me rejoignent » ! Vous ne le savez peut-être pas, alors je vais vous le dire : combien vous me touchez, combien vous m’aidez, combien vous me rejoignez !

Quand on est seul à écrire, face à son clavier, sa solitude, ses inquiétudes. Au fond, nous sommes tous à peu près pareils. Avec les mêmes questionnements, des épreuves à traverser, des angoisses à surmonter. Encore faut-il se le dire, trouver les mots ! Sinon, on reste seul. Au lieu de s’épauler, de s’encourager, de refaire confiance en la vie !

Nous avons tous besoin de ces oasis. De paix, de bienveillance, de communion. J’ai besoin de l’autre, de le comprendre, de l’aimer. Sans ces oripeaux, ces masques, ces faux-fuyants. Besoin d’être soi, de laisser tomber les apparences, d’être simplement humain. Celle ou celui qui a été traumatisé, qui a vu l’estime de soi brisée, sait ce que signifie « refaire confiance », « tendre la main », « renouer le lien ». Je ne supporte plus ce qui nous divise.

J’en rencontre chaque jour, de ces personnes si blessées et si riches d’humanité. Peut-être faut-il avoir connu le fond, pour parler enfin vrai. Pour ne plus se mentir, être simplement soi. Déposer les armes, renoncer au paraître. Ça fait mal, quand on a tenté de faire « comme si ». Comme si tout allait bien, comme si on gérait, comme si la vie était belle. Alors que tu crèves en silence, que chaque jour est un jour de trop, que tu es au fond du trou. Il faut avoir été au plus mal, pour savoir ce que vivre veut dire. Ce que la résilience peut signifier, ce que fut la lutte. Jour après jour.

Alors, merci à vous pour vos mots. Merci à vous, parfois si différents de moi. Merci à vous, pour me prendre tel que je suis. Avec mes failles, mon histoire, mes blessures et ma personnalité. Se tromper peut-être, mais être honnête, être vrai, être sur son propre chemin d’humanité. Savoir qui l’on est enfin passe parfois par de telles remises en questions, douloureuses et terrifiantes. Incertaines et solitaires. Un gouffre d’incertitudes. Mais ce n’est ni par choix ni par provocation. Seulement un besoin vital. Le besoin de devenir soi, après avoir été un autre.

Merci donc. À toutes et à tous. Vous m’apprenez chaque jour que la vie me donne, même si vous n’en savez rien. Grâce à vous, je me débarrasse peu à peu de mon ego, de ma blessure, de mon enfance laborieuse. Je renoue, je revis, je ris. Je m’invente une nouvelle vie, je vis l’instant présent. Ce n’est déjà pas si mal, quand on y croyait plus. Alors, merci à vous et prenez soin de vous ! Et si le mal vous ronge, osez parler, osez faire confiance, osez encore le lien ! Ne perdez pas courage ! Malgré tout ! Il est des êtres aimables, des êtres bienveillants, des être non-jugeant !

Ils ne sont jamais très loin. Regardez-les, ils sont à deux pas. Ils ont connu l’enfer, ils savent. Ce que vous traversez, ce que vous vivez, la douleur qui est vôtre. Ils savent vos doutes, vos fragilités. Et, d’un mot peut-être, ils sauront vous dire combien vous êtes riches d’humanité, beau ou belle. Lorsque vous ne croyez plus en vous, ils vous tendront la main. Comme pour vous dire : « Moi, je crois encore en toi ! »

Merci à toutes et à tous. Inconnus ou non. Je vous aime !

Pascal HUBERT

 

 

 

Charles Juliet, une rencontre livresque qui aura changé ma vie :

 

 

 

N’hésitez pas à laisser sur mon blog un commentaire, un avis, une réflexion ou une suggestion…

ou à m’écrire à deviens.ce.que.tu.es333@gmail.com

Advertisements

2 thoughts on “Merci !

  1. Une grosse bise et une grosse accolade à toi, Pascal!
    Merci pour tes mots, tes coups de gueule, tes réflexions, tes doutes, tes espoirs, tes questionnements. Tout ça aide à avancer. Tu as raison, il faut oser dire les choses. Ca permet à la fois d’interpeller, de questionner mais aussi d’échanger et forcément d’avancer.
    A la fois individuellement et collectivement. Et sur plein de plans différents je trouve.
    Nous sommes bien plus forts et humains lorsque nous mettons en commun des informations, des connaissances, des histoires, des témoignages. C’est cette mise en commun qui permet de nourrir socialement, intellectuellement, spirituellement, fraternellement notre société. Il faudrait que nous nous le rappelions chaque jour. Car nous avons tendance à l’oublier sous le fatras de matraquage radio, télé que nous recevons et qui nous laissent finalement assez passifs et de plus en plus séparés les uns des autres, de plus en plus repliés.
    Il faut régulièrement sortir de cet isolement pour à nouveau communiquer, transmettre, réconforter, agir dans le concret pour remettre du carburant pour faire avancer le vaisseau humanité.
    Et comprendre que c’est seulement ainsi que nous maintiendrons un équilibre et ferons baisser la violence, les inégalités, les zones de non droit, les crimes, etc, etc.
    Rien n’est jamais facile dans chacune de nos vies, mais nous ne sommes pas seul-e-s.
    Il faut toujours s’en rappeler.
    Prends soin de toi surtout! Et au plaisir de te lire.
    Amitiés!
    Françoise

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s