Renouer avec l’enfant intérieur

 

Renouer avec l’enfant intérieur

 

Il est des folies dont on ne revient pas toujours. Celle ou celui qui est passé par là ou s’y trouve encore le sait mieux que personne. Il est des jours où vivre encore est un jour de trop. Malgré les luttes incessantes avec soi et les autres, malgré le désespoir qui m’a longtemps happé, malgré la mort longtemps plus désirable que la vie, c’est de paix et de joie que mes mots voudraient vous parler. Comment sortir du gouffre, revenir d’entre les morts, aimer la vie et aimer le lien après avoir survécu interminablement ? Comment s’aimer enfin et aimer l’autre lorsque la culpabilité, la honte et le mal-être furent votre lot quotidien ? La maladie psychique est un mal difficile à penser et à dire. C’est un mal sournois, caché, à mille têtes. Il revient après s’être terré un instant. Il resurgit à la moindre occasion. Se prendre intégralement, descendre peu à peu en soi. Pour comprendre son histoire, pour remonter de la confusion les mots justes et lucides. C’est un chemin, un long chemin. Parsemé d’embûches et de trop rares oasis. Il s’agit bien de renouer avec l’enfant intérieur, l’enfant mutique, l’enfant détruit au fond de sa geôle. Il faut apprendre à le cajoler, être soi-même une « bonne mère » pour lui. Il faut enfin lui tendre la main et poser sur lui un regard neuf. Un regard de bienveillance et d’amour. Peu à peu, avec le temps. Comprendre qu’il n’est pour rien dans ce qu’il a subi. Comprendre qu’il n’est jamais trop tard pour vivre enfin. Oui, après une errance que je croyais sans fin, je désire écrire le livre de la bienveillance, le livre de la joie, le livre de la paix retrouvée. En un mot comme en cent : le livre de la réconciliation. Avec soi, les autres, le monde et « Dieu » le cas échéant. Oui, réchapper de la folie, montrer à voir qu’elle n’est pas une fatalité. Retrouver l’estime de soi, la confiance en la vie, le bonheur d’exister. Jouir de l’instant présent, d’un rayon de soleil, d’un rire d’enfant, d’un tapis de feuilles jaunies par l’automne. Se sentir être, se sentir respirer, se sentir présent au monde. Après des années de confusion, de pensées tournoyantes, d’incapacité à vivre le quotidien. Après une vie passée à côté de sa vie, faire enfin corps avec soi. Redevenir « normal ». Avec ses luttes, ses contradictions, ses peurs et ses anxiétés. Mais « comme tout le monde ». Être sorti de sa prison, avoir traversé le mur, être retombé dans la vie. C’est cela que je tenterai de raconter. Pour donner l’envie, l’espoir, le goût de vivre à celles et ceux tombés au fond du gouffre. Après la mort du désir, la mort de l’être, la morsure de la folie. Après avoir été trop longtemps coupé en deux, montrer le chemin vers l’unité de l’être. On est plus fort ensemble. « N’abandonnez jamais, ne renoncez à rien » (Francis Huster).

Pascal HUBERT

 

 

N’hésitez pas à m’écrire, me donner votre avis, m’adresser une suggestion à : deviens.ce.que.tu.es333@gmail.com

2 thoughts on “Renouer avec l’enfant intérieur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s