De l’orthodoxie à « GOLIAS »

terras D.R.

Christian TERRAS, fondateur de Golias

 

De l’orthodoxie à Golias

La « famille chrétienne »

Si quelqu’un m’avait prédit que j’écrirais un jour pour Golias, je l’aurais pris pour un fou. Cette revue n’était alors pour moi qu’un brûlot contre l’Église et la Sainte Doctrine. J’avais des certitudes inébranlables que la modernité ne pouvait saper. C’est une question de fidélité, de tentation à surmonter, de foi à conserver, d’humble soumission aux religieux qui – habités par l’Esprit Saint ! – savent mieux que vous. C’est leur métier, c’est leur Vocation, c’est millénaire, c’est la Tradition. C’est la volonté de Dieu. Point. C’est indiscutable. Et il est évident que personne ne m’a contraint à penser de la sorte. Ni parent ni prêtre. C’est ma volonté. J’adhère librement. J’ai seulement la chance inouïe d’être né au bon endroit, au bon moment, dans la bonne famille, du bon côté du globe. Là où l’on naît catholique. Là où l’on vit catholique. Là où l’on meurt catholique. Dieu soit loué ! Du moins, je l’ai longtemps cru. Je ne voyais pas combien j’étais alors conditionné, incapable de penser par moi-même. L’ordre naturel des choses était immuable – cet ordre coulé dans le bronze de la « loi divine ». Il est, de toute éternité, des comportements moralement répréhensibles. Ainsi de l’homosexualité, de l’avortement, des femmes qui revendiquent l’égalité, des autres croyances que la mienne, des relations hors mariage ou de la critique de l’Église. La « famille chrétienne », c’est une réalité descendue du Ciel. Et le Magistère en est le divin gardien.

J’ai pris un autre chemin

Pourtant, j’ai fini par quitter les tenants de la Vérité. J’ai cessé de répéter le catéchisme. J’ai cessé de croire dans le « Dieu pervers » (Maurice Bellet). J’ai pris un autre chemin. Personne ne m’a forcé. Seulement ce besoin intérieur venu des profondeurs de mon être. Ce besoin de fidélité à soi plus fort que tous les dogmes. Cet inextinguible besoin de penser enfin par soi-même. Je me suis enfin écouté, j’ai appris à me faire confiance. C’est si simple, mais ce fut long. Et la plupart des croyants ne m’ont pas compris. Ils y ont vu une épreuve non surmontée, une enfance meurtrie, le décès de mon père, une tentation à vaincre dans la prière – mais je ne peux leur en vouloir, n’étais-je pas comme eux ? Pierre après pierre, inlassablement, tiraillé entre revenir aux certitudes rassurantes ou poser un pas de plus, j’ai tout remis en question. Lecture après lecture, mot après mot. J’ai fini par ne plus mettre les pieds à l’Église. Au fond, je suivais le conseil de Jean Meslier, prêtre et philosophe des Lumières : « Pesez bien les raisons qu’il y a de croire ou de ne pas croire, ce que votre religion vous enseigne, et vous oblige si absolument de croire. Je m’assure que si vous suivez bien les lumières naturelles de votre esprit, vous verrez au moins aussi bien, et aussi certainement que moi, que toutes les religions du monde ne sont que des inventions humaines, et que tout ce que votre religion vous enseigne, et vous oblige de croire, comme surnaturel et divin, n’est dans le fond qu’erreur, que mensonge, qu’illusion et imposture. » J’ai donc brisé les chaînes de la servitude, j’ai consenti à la lumière de la raison. J’ai entrepris la rude ascension qui consiste à rentrer en soi pour se connaître et rebâtir sa demeure intérieure. Dans l’espoir d’une parole vraie, tirée de la seule expérience et non plus d’un savoir religieux.

J’ai croisé Golias

Sur ma route solitaire, j’ai croisé Golias – Évêque légendaire du Moyen Âge, en rupture de ban. Et le fondateur de la revue indépendante, Christian Terras. Cet « empêcheur de croire en rond » qui tombait à point nommé. Comment mieux exprimer ce retournement et ma reconnaissance, si ce n’est en mesurant combien écrire une parole libre m’est infiniment précieux. En ces temps où l’obscurantisme religieux sévit – en ce compris dans l’Église –, je savoure pleinement cette improbable opportunité. Je le sais désormais : seuls les insoumis donnent à d’autres le goût de la vraie liberté.

Pascal HUBERT, Golias Hebdo, n° 530

http://www.golias-editions.fr/

 

Golias : interview de Christian Terras 

Partie 1/4

Partie 2/4

Partie 3/4

Partie 4/4

sitegolias -----

Épisode # 164 : Jean Meslier, curé et fondateur de l’athéisme

https://www.scepticisme-scientifique.com/episode-164-jean-meslier-cure-et-fondateur-de-latheisme/

 

N’hésitez pas à m’écrire, me donner votre avis, m’adresser une suggestion à : deviens.ce.que.tu.es333@gmail.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Google photo

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s